Le Conseiller fédéral Ueli Maurer, chef des finances fédérales, flanqué du chef de l’administration fédérale des finances Serge Gaillard, a présenté mardi les arguments du Conseil fédéral contre l’initiative Monnaie pleine. « Si l’initiative était acceptée, la Suisse deviendrait un terrain d’expérimentation pour un projet inutile et risqué. En outre, le secteur bancaire serait affaibli et la Banque nationale suisse exposée à des pressions politiques accrues », a-t-il expliqué. Le dossier du Conseil fédéral sur « Monnaie pleine » est ici.

Les médias ont rendu compte de la conférence de presse. La RTS a notamment montré un Ueli Maurer peu stressé, qui ne s’attend pas à une importante mobilisation autour de cette votation. Le conseiller fédéral rappelle que le système n’a été testé nulle part. L’initiative ne protégerait pas des crises, et serait problématique économiquement. Le système légal a été renforcé ces dernières années et il est sûr. Visionner le 19h30.

La plupart des journaux ont aussi couvert la conférence du Conseil fédéral. Ainsi en va-t-il de l’édition électronique de 24 Heures / Tribune de Genève. L’article mentionne le reproche fait par les initiants selon lequel la brochure d’information du Conseil fédéral contiendrait une vingtaine d’erreurs (pas moins). Les défenseurs de « Monnaie pleine » pensent-ils convaincre la population par de telles affirmations ? De son côté, le Blick  fait remarquer l’alliance inédite du banquier UDC Matter avec la socialiste Leutenegger-Oberholzer contre l’initiative. « On ne ferait pas passer un billet de banque entre les deux », titre le journal de Boulevard.

Pas de commentaire